Chanzeaux, « Commune vendéenne »

Le 12 mars 1793, les hommes de Chanzeaux, dirigés par Forest et Ragueneau, dressent une embuscade sur la route de Chemillé contre les gendarmes venus faire la conscription. Quelques jours plus tard, ils se joignent aux hommes des communes voisines. Ils feront partie de la grande armée catholique. Celle-ci, après avoir été victorieuse (Pont Barré, Chemillé…) sera battue par Kléber à Cholet, traversera la Loire et après la « virée de Galerne » sera terrassée à Savenay.

Le 25 janvier 1794, 15 personnes sont arrêtées dans l’Eglise de Chanzeaux par le Général Grignon. Elles sont fusillées après avoir chanté le Salve Regina.

Le 9 avril 1795, la colonne infernale du Général Turreau arrive dans le bourg. Les habitants se réfugient dans le clocher. Après cinq heures de siège, les républicains y mettent le feu.

Avril 1799 : alors que tout acte religieux est encore interdit et puni de mort, les enfants de Chanzeaux et des communes environnantes font leur première communion dans le vallon de Fruchaud. Durant cette période de guerre civile, 700 habitants, presque la moitié de la population, disparaissent.